Instagram Direct, vers (encore) un peu plus de Facebookisation

Less is more

Héritage spirituel du Twitter de la photo, tout était simplement public ou privé.

Et quelque part, cette simplicité est aussi la beauté de Twitter ou Instagram. Ce que je poste est public ou privé, sans les “amis des amis” ou “connaissances” ou pire “sur le mur de” que tout le monde ne comprend/maitrise pas toujours très bien. Inscrivez un quidam moyen à Instagram, il comprend tout de suite qu’on y poste des photos, que tout le monde peut les voir et que si il de suivre quelqu’un, ses photos apparaitront chronologiquement sur l’accueil. Mono tâche, simple.

Inscrivez maintenant cette même personne sur Facebook ou Google+: message public, amis, amis des amis, seulement moi (quel intérêt?!), tel groupe (c’est quoi un groupe?!), à l’exception de… c’est tout de suite plus compliqué. S’ajoute la différence entre un profil, un page, une application, un groupe (ah ça je sais c’est mes amis que j’ai groupé… ah, non c’est pas les mêmes groupes?!! :/), les likes, les commentaires, le connect, … Certes, c’est aussi la richesse de l’outil, mais comme toute application ou jeu, plus les options sont nombreuses, plus il est compliqué de s’y mettre.

Vers une perte d’identité ?

Instagram Direct ressemble à s’y méprendre aux message privés de Facebook. Une photo peut désormais être publique ou privée mais postée sur mon wall, ou envoyée à un ou plusieurs amis et donc totalement privée. Et c’est là où on franchi la ligne jaune: j’aime Instagram parce que je m’y connecte pour contempler les photos postés par les comptes que je follow. Il y a des amis, la plupart, mais aussi quelques marques (j’adore le compte de @PhotoJojo). Tout l’intérêt pour moi et que contrairement à Facebook, ces marques ne peuvent pas s’adresser à moi en direct. Pas de messages privés, pas de notifications. Je ne me suis jamais senti spammé comme je peux l’être sur ma timeline Facebook. Une fois ces messages privés disponible dans les endpoints de l’API, je crains les dérives des marques…

On utilise Instagram, comme la plupart des réseaux sociaux, pour donner une certaine image de soi, et souvent bien se la raconter 🙂 Soyons honnête, on poste ou tweet nos photos de vacances sur une plage de la costa brava, un feu de cheminée dans un chalet en montagne, une coupe de champagne ou une super fête VIP #jesuitropsvip #tropgenialmavie #tuveuxtroplamême. Pas étonnant que les vidéos ne représentent pas plus de 6% des posts, et que le filtre le plus populaire soit “nofilter”… on ne poste une photo que pour montrer aux autres ce que l’on fait ou a fait, et qui a pour nous un caractère suffisament exceptionnel (voyage, concert, saut en parachute, belle bagnole) ou emotionel (naissance, course gagnée, bières entre potes) pour impressionnerintéresser les autres. Les selfis sont rarement prises à 7h du mat’ les yeux collés le nez dans le café en slip devant télé matin…

Tellement dommage…

Il y avait tellement d’autres fonctionnalités qu’Instagram aurait pu mettre en place, tellement plus en phase avec le partage et la découverte par la photo. La recherche par “photos similaires” ou le regroupement de mes photos par albums/thèmes/événements, pousser plus loin le site web … ou pomper les idées des autres (comme pour Vine) et permettre d’ajouter un son de 6 secondes à une photo (Picle), poster dès la prise de photo (HeyTell). Bref, des choses bien plus intéressantes qu’être le 2457896ème à vouloir tuer l’email.

Posted in Uncategorized

Comments are closed.